Coucou, c'est moi. Quouuuwah ! Je n'ai pas écrit depuis plus 2 mois. C'est dingue ce que le temps passe vite. J'imagine que vous avez dû vous ennuyer. Ce n'est pas que je ne pensais pas à vous mais je suis super hyperbookée. Vous allez dire : "Comme d'hab ! Mais ce n'est pas une excuse." Ben si pourtant. Bon rapidement ce que j'ai fait pendant tout ce temps : pose de moquette, enduit-peinture des murs du bureau de Ken sans oublier nettoyage du parquet, choix du tissu des rideaux en essayant de vendre au mieux mes trouvailles à Ken (pas facile, l'homme est rebelle), tricotage d'écharpes de 3 m de long pour les Minis (l'hiver arrive, enfin va arriver, peut-être...), les incontournables tâches ménagères et bien sûr la course à pied. Bref, comme toutes les femmes qui se respectent une vie bien remplie.

Comme je sais que vous vous ennuyez auprès de votre radiateur-poêle-cheminée* (*rayez la mention inutile) et que vous êtes friandes (depuis que Lance-L'Eau n'est plus là, il n'y a plus de friands dans mon lectorat) de sensations fortes, je vous ai préparé, avec l'aide de Skipper, un quizz musical de derrière les fagots (rapport à la cheminée ;-)) que même que vous aviez oublié les chanteurs. Je vous préviens, vous allez prendre un sérieux coup de vieux. Pour les liftées, attention aux coutures ! Prêtes ? Avant de commencer, je vous fais une brève mise en situation dans le contexte de l'époque. Nous sommes dans les 80's. Le jean est roi : veste, casquette, chemise, pantalon tout y passe ou presque, la coupe mulet a son heure de gloire (mais peu de beaux jours devant elle), la moustache gauloise est fournie et le bandana peaufine la final touch', surtout s'il est rouge. Je vous mets les paroles. Au passage, admirez la profondeur lexicale des textes. A vous de retrouver leurs illustres interprètes.

Elle reviendra ou peut-être qu'elle me téléphonera
Pour me dire qu'elle ne m'oublie pas
Qu'elle n'oublie pas cette soirée dans mes bras
Les mots d'amour ça lui plaît, lalala

On oublie tout, tous les nuages
qui nous cachaient la vérité
Tous les vents du large sont déchaînés
Tous les vents et ça m'fait pardonner, lalala

Larguez vos ennuis au vestiaire
Tous vos parapluies, vos paratonnerres
L'océan de vos pleurs, j'l'écope
Parole d'honneur
Dites "encore" ou bien "stop", lalala

J'me sens
Comme un clip muet,
Où les seuls mots intelligents viennent d'un académicien qui dit
"Je flippe, je flashe, je suis cool et j'ai les moules ainsi que les boules maman", lalala

N'oublie pas ce que je te dis
L'amour est plus fort que tout
Ni l'enfer ni leur paradis
Ne se mettront entre nous, lalala

J't'ai vu descendre d'un arc-en-ciel
Je m'jette à l'eau des pluies d'été
J'fais du bateau dans mon quartier
Il fait très beau on peut ramer
La mer est calme on peut s'tirer, lalala

Il a neigé sur les lacs
Et le facteur qui devine
C'que les amoureux se disent
N'est pas venu me faire signe, lalala

Dans les frissons du coeur
Dans les maudites chansons
Dans les cages d'ascenseur
Où ils gardent les bas-fonds, lalala**

**Si vous êtes sages, je vous réserve une surprizounette rien que pour votre plaisir. Ne me remerciez pas déjà, c'est cadeau et surtout c'est bientôt Nouwel... 

Comme je suis une fille super sympa, au cas où vous l'auriez oublié, je vous mets quelques photos pour vous aider. Plaisir des yeux mesdames... D'ailleurs, si vous pouviez les identifier aussi, ça pourrait être utile pour les copines qui sèchent lamentablement sur les paroles.

photo 4 photo 5 photo 7 photo 3 

photo 1

photo 2 photo 6

Photos subtilisées sur la toile mondiale

- Barbie, brocanteuse d'antiquités capillo-musicales -