Voilà, c'est fait. Encore une médaille, mais juste une seule cette fois-ci. Cela dit, avec celle de Ken, ça fait 2. Car oui, Ken a couru. Il a bien essayé de trouver une raison pour ne pas faire la course mais je n'ai pas cédé. Tu es inscrit, tu cours ! Je ne vous décris pas l'état du zhom à l'arrivée, vous auriez du mal à reconnaître ce baroudeur de Ken. Mais bon, le principal c'est qu'il soit allé jusqu'au bout, sans blessure et relativement content d'y être arrivé. Je ne vous donne pas son temps par respect pour le zhom mais ce qui compte, c'est l'effort et d'être allé jusqu'au bout.

Quant à votre servitrice, elle est ravie jusqu'aux dents de son temps. J'ai amélioré de 6 minutes par rapport à l'édition 2009 et c'est énorme. C'est peut-être un détail pour vous mais pour moi, ça veut dire beaucoup. Et 6 minutes en moins, c'est une belle progression (je préfère m'envoyer mes fleurs toute seule comme cela je peux les choisir). J'ai fait : 1h32. D'accord, pendant 1h32, on a le temps de déjeuner, lire son SHE en intégralité, écouter 1 1/2 album de Gilbert Montagné ou Francis Lalanne, tricoter un devant de gilet au point mousse, faire son lit, passer l'aspirateur, nettoyer la salle de bains à fond, préparer le déjeuner du midi et mettre la table pour 15. Si vous n'avez pas le temps de faire tout ça, ben autant aller courir, non ? Maintenant, vous savez pourquoi je cours. En tout cas, c'est gentil d'avoir pensé à moi car je vous avoue que je n'ai pas vraiment pensé à vous. J'étais dans ma course en train de calculer mon temps au kilomètre, de serrer les dents et les fesses dans les côtes, de m'accrocher au bitume pour grappiller de précieuses minutes, de zieuter les fesses des mecs (pas ma faute si elles sont à la hauteur de mes yeux quand je cours), de cogiter (dernière fois que je fais cette course)... A l'arrivée, je me suis promis de ne plus la refaire car le dernier kilomètre est trop long. En même temps, c'est normal qu'il soit long car en vrai il fait 1 km 300. A propos de chiffres, il faut que je rectifie certaines données du problème du billet précédent : le dénivelé fait 240 m positif, la côte des Gardes fait 2 km 300 et la côte du Cimetière fait entre 150-200 m. Sinon, j'ai quand même de quoi vous faire rire.

Comme avant chaque course, la nuit est plus ou moins bonne. La nuit de samedi n'a pas failli à la règle. Même si j'ai bien dormi, mes rêves ne concernaient que la course à pied. Sinon, à part ça, je ne suis pas anxieuse, non, non... Souvent je rêve que je fais déjà le parcours en entier. Forcément, au réveil, j'en ai déjà plein les pattes. Cette fois-ci, j'ai rêvé que je faisais la queue pour aller aux toilettes. Il faut dire aussi qu'avant une course, j'y vais au moins 5-6 fois, même si c'est pour quelques gouttes. Mais voilà, c'est mon petit stress pré-course. Une fois partie, tout va bien mais j'ai toujours peur d'avoir une envie pressante pendant la course. Bien sûr, mes copains d'entraînement se moquent de moi mais qui est-ce qui s'arrête derrière un arbre pour faire une escale technique pendant les courses officielles ??? Pas moi !!! Donc, dans mon rêve, j'ai passé mon temps à faire la queue aux toilettes. Bien sûr, je me suis fait gronder par Ken parce qu'on perdait du temps, qu'il fallait m'attendre, qu'on serait en retard dans le sas de départ, blablabla mais forcément, lui, il sortait justement des toilettes. Et le pire, c'est que tout le monde me passait devant. Donc, forcément, je ne risquais pas de passer mon envie pressante. Et en plus, mini-Ken devait courir le 10 km (complètement improbable à son âge mais c'est un rêve) et il avait oublié sa polaire. Comme il était enrhumé, je me suis dit qu'il allait attraper froid. Et le comble du comble, toujours dans mon rêve, c'est que j'étais partie sans me coiffer. Ben oui, une fille reste une fille. Et vous savez quoi ? Pendant la course dimanche, j'ai réalisé au 2ème kilomètre que j'avais oublié de me coiffer le matin même ! Mais à part ça, tout va bien. Je ne suis n'y stressée, ni angoissée. Je dirais même que je suis la représentation humaine de la zénitude mais vous avez le droit de ne pas y croire.

PV_2009_1PV_2009_2
Photos subtilisées sur la toile mondiale

- Barbie -

PS : c'est sûr, je ne refais plus cette course. L'année prochaine, je fais les 20 km de Paris. Plus plat et tout aussi beau car dans Paris même.